changer de vie ou se changer soi-même ? Flora Aubin

 

Lonely girl with suitcase at country road.

Changer de vie n’est pas une opération bénigne.  les conséquences peuvent se révéler douloureuses. De nombreux stages de développement personnel  proposent de changer de vie en 8 jours, est ce vraiment possible de changer en profondeur rapidement ?

Quitter son travail ou déménager, la belle affaire ! L’envie de changer de lieu, de métier, d’entourage, peut cacher bien autre chose. il y a des étapes nécessaires pour changer en profondeur. Des chemins que doivent emprunter, bon gré mal gré, tous ceux qui font le choix de suivre une thérapie, et qui mènent – parfois – à de grands changements de vie.

Distinguez doute ponctuel et mal-être existentiel

Avoir des doutes sur le chemin qu’a pris sa vie est plutôt sain. Se poser des questions signifie que l’on est à la recherche d’une réponse. Il s’agit d’un acte constructif, même s’il représente l’une des phases les plus difficiles du processus de changement.  » Les doutes peuvent être terriblement pesants, explique Brigitte, qui a lâché son métier d’infirmière pour se dévouer à la cause des baleines. Le regard des autres prend trop d’importance, leurs conseils deviennent paralysants. Une seule règle : ne pas écouter les autres, mais sa propre voix.  »
Un mal-être plus profond, s’apparentant à un état dépressif, est en revanche une contre-indication au  » changement  » : changer exige une force de conviction vis-à-vis de soi et des autres, et l’une des conséquences de la dépression est justement d’amoindrir tout désir. Attention aussi à  » la crise du milieu de vie  » : à la quarantaine, âge d’or du désir de changement, on peut être tenté de tout détruire pour  » devenir autre « . Or un changement réussi est une évolution, non une destruction.

Mettre des mots sur ses désirs

Il faut apprendre à mettre des mots sur ce qu’on ne veut plus, mais surtout sur ce qu’on désire. On a trop souvent l’habitude, et le tort, de se demander  » Qu’est-ce que je ne veux plus vivre ? « , alors que la question devrait être :  » De quoi ai-je envie ?  » Transformer son vocabulaire, c’est changer le regard que l’on a sur sa vie, c’est communiquer autrement, avec soi et avec les autres. Cet état d’esprit positif influe bien évidemment sur les actions que l’on entreprend.

Prendre son temps

Le temps de mettre les bons mots sur le bon désir, de partager ce dernier avec ses proches, de s’organiser…  » L’important, dit Caroline, “expatriée pour cause humanitaire”, c’est de se préparer longtemps avant le départ. Matériellement et dans sa tête.  » Gilles, employé des télécommunications qui a construit son bateau pour faire le tour du monde, a mis treize ans avant de lever l’ancre. Gérard, un commercial qui a quitté Paris pour une ferme des Charentes, a préparé sa migration pendant près de vingt ans. Qu’il s’agisse d’un changement de boulot ou d’une expatriation, les spécialistes disent qu’un laps de temps de huit à dix mois – on n’est pas loin de celui d’une grossesse – est souvent nécessaire pour que l’alchimie prenne. Et, oui, changer, c’est un peu enfanter sa propre vie.

 Prendre le temps, surtout par rapport à la vie de couple. On n’a pas forcément besoin de quitter son conjoint… Le vrai changement sera le plus souvent de découvrir son soi. Ainsi, dans le film de Clint Eastwood “Sur la route de Madison”, l’héroïne se rend-elle compte, grâce à sa rencontre passionnelle avec un aventurier, que la vie qu’elle mène est trop en surface. Elle retrouve ses origines italiennes, sa nature profonde, etc. A la fin du film, elle choisit de rester avec son mari. Quel que soit notre choix dans les situations de la vie, ce qui est important, c’est avant tout de respecter notre nature profonde.

A quels signes reconnaît-on qu’on ne s’est pas trompé de choix ?

La vie devient facile et légère. On est moins atteint par les problèmes, car on est plus proche de ce que l’on est vraiment. Et dans nos relations à autrui, cela circule plus facilement, parce qu’on a fait le travail le plus important : créer une bonne entente entre les différentes parties de soi. On sent alors qu’on est à sa juste place dans sa vie et dans le monde.

Commencer une thérapie c’est faire un premier pas au changement en profondeur.

vie-change

_________________________________________________________________

sources psychologie.com