Hypersensible…? les 15 signes

image-education

Les hypersensibles représenteraient entre 15 et 20% de la population. Selon Carl Gustav Jung qui l’a évoquée en premier, l’hypersensibilité n’est pas une maladie bien que les recherches d’Elaine Aron aient mis en évidence une prédisposition génétique . Il est cependant nécessaire d’agir quand les conséquences de cette sensibilité provoquent une grande souffrance ou même des comportements destructeurs. 

  1. Une connexion extrême aux émotions d’autrui :
    Les hypersensibles absorbent les émotions des autres. Ce qui a pour effet d’ajouter la tristesse, la colère, la joie…des autres aux leurs et de contribuer encore plus à la contagion émotionnelle.
  2. Une fatigue récurrente :
    Le trop plein d’émotions et de sensations fatiguent mentalement et physiquement les hypersensibles. Ils se sentent régulièrement vidés.
  3. Sens hyperdéveloppés :
    Bruits, lumières, mouvements, textures, odeurs sont perçus avec une grande intensité, ce qui peut donner lieu à de plus fréquentes surprises.
  4. Grande intuition :
    Le contact direct et puissant avec les émotions développe l’intuition chez les hypersensibles. C’est comme un 6eme sens. Mais le décryptage des messages n’est pas évident.
  5. Besoin d’isolement :
    Pour s’apaiser face aux multiples stimulations du monde, les hypersensibles ont besoin de s’isoler régulièrement. Ce comportement peut être perçu comme de la timidité ou de l’introversion mais ce n’en est donc pas.
  6. Attention aux détails :
    Les hypersensibles sont très attentifs aux détails dans tout ce qui les entoure. Cela les rend méticuleux.
  7. Vivacité de réaction :
    L’hypersensibilité est à l’origine de réactions réflexes comme des larmes irrépressibles et soudaines, des micro-expressions émotionnelles, des réponses automatiques,…
  8. Des décisions plus longues à prendre :
    Nous avons besoin des émotions pour prendre des décisions. Le problème est que lorsque les émotions sont toutes très intenses, il est difficile de se décider. C’est le problème qu’ont les hypersensibles.
  9. Emotions désagréables et contrariétés persistantes :
    Les contrariétés liées aux mauvais choix prennent du temps à être digérées. Les émotions désagréables durent plus longtemps en général chez les hypersensibles.
  10. Plus de stress et d’anxiété en fonction des expériences passées :
    Les hypersensibles sont plus inquiets par défaut quand ils ont connu des situations difficiles dans le passé.
  11. Les critiques, les conflits et les reproches les blessent plus :
    Les hypersensibles vivent très mal les critiques, les conflits et les reproches car ils sont déstabilisés par l’afflux d’émotions désagréables. De plus, les blessures morales infligées sont plus longues à se refermer.
  12. Ils pleurent souvent :
    Les pleurs font office de décharges émotionnelles et les larmes évacuent les hormones du stress. Les hypersensibles pleurent donc plus souvent.
  13. Plus respectueux, empathiques et bienveillants :
    Les hypersensibles captent les signes de détresse et d’inconfort présents et futurs chez les personnes qu’ils côtoient. Ils adoptent donc une attitude bienveillante et prévenante.
  14. Irritabilité extrême :
    Les hypersensibles du fait du stress, de la fatigue et du surplus émotionnel, se sentent souvent irrités. Ils préfèrent ainsi par exemple travailler au calme dans un espace clos qu’en open space.
  15. Les livres, les films, les musiques les touchent particulièrement :
    L’hypersensibilité décuple l’intensité des émotions véhiculées par les livres, les films ou les musiques. Cette intensité peut rendre l’expérience insoutenable.

Qu’est-ce qu’être hypersensible ? il s’agit de cerner le vécu intérieur de ces personnes qui « vivent plus fort ». Perceptions accrues, émotions vécues et exprimées plus intensément, les personnes hypersensibles sont davantage perméables, souvent à vif. Ceci peut être source de souffrance et compliquer leur rapport au monde, notamment leurs relations aux autres. Par exemple, les hypersensibles peuvent craindre le conflit, se montrer angoissés, faire preuve d’une faible estime de soi et d’une forte susceptibilité, avoir facilement honte, se sentir vite coupables, se mettre parfois très en colère ou mal accepter la critique. Chez ces personnes, le ressenti est amplifié, créant ainsi un « brouhaha intérieur » qu’il leur est souvent difficile de mettre en mots. En contrepartie, l’hypersensibilité exacerbe également des qualités telles que la créativité, l’originalité, la capacité à s’émerveiller, l’intuition, l’empathie, le sens de la justice, l’authenticité, la joie de vivre ou la délicatesse.


Pour expliquer que certains sont plus sensibles que d’autres, il y a différentes explications dont l’une s’appuie sur les travaux de Didier Anzieu. Selon L’hypothèse  que « les hypersensibles sont des personnes dont l’enveloppe psychique a été malmenée, fragilisée, abîmée… », suite à une maltraitance ou un manque de protection parentale. D’où l’impression d’être sans défense, à fleur de peau. Que faire alors de cette sensibilité particulièrement développée ? Ne surtout pas chercher à la faire taire, mais être à l’écoute de soi, accueillir son ressenti, le penser, afin de « passer du sensible au sensé » et de pouvoir agir en conséquence. La sensibilité devient alors une chance, un don qui rend plus vivant, plus humain, plus sage.

Comment le Thérapeute est en mesure d’apporter de l’aide à une personne hyper émotive ?

Très concrètement, une personne hyper émotive vivra comme une grande aide d’être accompagnée par un professionnel à dédramatiser, car les personnes émotives échafaudent vite des scénarios catastrophes. De même, trouver des solutions très concrètes pour que la personne ne se sente pas impuissante, mais active leur sera utile ; car les personnes hyper émotives ressentent tout plus vite, et notamment le sentiment d’impuissance aussi.
Personnellement, j’obtiens de bons résultats en accompagnant les personnes très émotives, qui se noient non plus dans un verre d’eau, mais dans une goutte d’eau, à prendre du recul par le dialogue. Les personnes sensibles et émotives mettent du sens partout, elles attachent beaucoup d’importance à la communication, aux mots en eux-mêmes, mais aussi à la communication non verbale, aux symboles, et aux attentions. J’aide les personnes émotives à ne pas mettre du sens là où il n’est pas nécessaire d’en mettre, par exemple, parce que parfois les gens sont simplement maladroits ou parlent sans vraiment vouloir dire ce qu’ils pensent, et qu’il y a rien à imaginer derrière.
Les personnes hyper émotives ressentent parfois des émotions tellement fortes qu’elles ne peuvent plus s’exprimer, lors gorge est nouée, ou elles n’arrivent plus à réfléchir et perdent leur moyen. Dans ce cas, le professionnel les aidera en développant leur estime d’elles-mêmes ainsi que leur capacité à s’affirmer, et à interpréter les événements de manière plus objective.
Les personnes hyper émotives ont un grand besoin d’être rassurées sur leurs capacités aussi bien personnelles que professionnelles. Le rôle du professionnel de la relation d’aide avec les personnes hyper émotives sera donc de les accompagner à arriver à tempérer leurs émotions et à les rassurer. Enfin, le thérapeute aidera la personne émotive à développer de la bienveillance pour elle-même, ainsi que de la patience, car les émotions peuvent rendre impatients, et réactifs et faire que la personne émotive se jugent de manière trop sévère. Le thérapeute aidera les personnes hyper émotives à faire de leur émotivité un atout et plus un défaut.

Il en va de même du sentiment d’impuissance évoqué plus haut, avec le sentiment d’injustice et d’incompréhension : lorsque une personne est hyper sensible, elle peut, plus vite qu’une autre, ressentir un sentiment d’injustice ainsi que de l’incompréhension. Dans ce cas, le rôle du professionnel sera de valoriser la sensibilité et l’émotivité de la personne qu’il accompagne, car cette dernière est souvent en grande souffrance du fait d’être aussi sensible et voit sa sensibilité uniquement comme quelque chose qui la pénalise dans sa vie, alors que canaliser dans la bonne direction nos émotions sont de puissants leviers pour savoir se promouvoir et émouvoir les autres.
De même, une personne sensible ne s’autorise pas forcément à extérioriser ses émotions. Ces dernières peuvent rester enfermées en elles. La sécurité apportée par le thérapeute invitera une personne hypersensible à extérioriser toutes ces émotions. Parfois aussi, une personne sensible ne connaît qu’un registre émotionnel, par exemple, celui de l’agressivité parce qu’elle a peur, en s’autorisant à exprimer ses doutes, ses craintes, ses appréhensions plutôt que de l’agressivité, la personne sensible se verra alors plus acceptée et mieux comprise par son environnement. Autre exemple, une personne hyper sensible peut ressentir de la susceptibilité, tout prendre contre elle, le thérapeute lui apprendra alors la force de l’humour pour désamorcer une situation conflictuelle, et à lâcher l’orgueil qui fait tant souffrir les personnes sensibles. Le thérapeute renforcera l’amour d’elle même et l’estime de la personne hyper sensible afin que cette dernière ne se sente plus complexée par son hyper sensibilité.
Le manque de sommeil joue un rôle prépondérant sur les personnes sensibles, qui deviennent alors hyper sensibles. Dans une société ou nous passons le plus clair de notre temps tendus, apprendre à se détendre, ce qui est le rôle du thérapeute, permet d’avoir de bons résultats sur la qualité du sommeil.
De nombreuses personnes sensibles que j’ai pu accompagner se sentaient gênées de l’être, voire, se croyaient capricieuses d’être troublées par le bruit, le manque de luminosité ou au contraire, trop de luminosité, la chaleur, le froid, ou autre chose. En leur indiquant que ce ne sont pas des caprices mais bien des besoins physiologiques et en les accompagnant à exprimer et faire accepter; et être fière, de leur différence, elles revivent et ne sont plus dans la souffrance.
Les personnes hyper émotives sont aussi hyper réactives et peuvent trouver les autres à « deux de tension », mous, mon accompagnement consistent à leur faire prendre conscience combien leurs émotions vont plus vite en elles que chez les autres personnes et qu’elle peuvent ne plus souffrir de se sentir différentes en canalisant leur émotions.

Source :
Sciences Humaines : Hypersensibles
. Trop sensibles pour être heureux ?
. de Saverio Tomasella.
Ces gens qui ont peur d’avoir peur : Mieux comprendre l’hypersensibilité » d’Elaine Aron