Et si l’amour était avant tout en nous ?

41482180_2289096427784544_3917635697283956736_n

L’amour n’est pas un sentiment, c’est la façon d’être, la nature, l’état de l’homme ou de la femme mûrs. Seul l’adulte est capable d’aimer, car l’amour n’est ni un besoin, ni une demande, c’est le débordement d’une richesse intérieure, un rayonnement à sens unique qui ne dépend d’aucune condition extérieure.

Une lampe allumée illumine, quelles que soient les circonstances. Lorsque vous êtes, une aura d’amour vous entoure. Lorsque vous n’êtes pas, cette aura est inexistante et vous cherchez automatiquement dans votre entourage ce qui manque en vous: de l’amour. Vous voulez être aimé lorsque vous n’avez rien à donner, lorsque vous avez le cœur sec. Mais la personne que vous essayez de plier à vos exigences n’est pas différente de vous. Vous voilà face à face comme deux mendiants qui tendent chacun la main vers l’escarcelle vide de l’autre. Vous serez déçus tôt ou tard et vous estimerez tous deux qu’on vous a dupés. Chacun imagine que l’autre détient un trésor- l’amour- et se trouve en définitive berné par ses propres fantasmes. Votre partenaire ne s’est pas montré à la hauteur de vos besoins? Et alors en quoi est-il coupable? Était t-il obligé de se conformer à vos rêves? D’ailleurs, la déception est grande chez l’autre : il ou elle croyait que vous lui donneriez de l’amour, ce dont vous êtes tout aussi incapable. Conclusion de votre belle histoire : avant de vous rencontrer, vous étiez malheureux dans la solitude. A présent, vous êtes malheureux ensemble.

Pour comble de malchance, dans un couple, les malheurs ne s’additionnent pas, ils se multiplient. Mais il y a un bon côté aux choses, vivre ensemble vous fournit un bouc émissaire, vous pouvez accuser l’autre de l’échec de votre vie, c’est bien commode… Vous pouvez conserver la belle image de vous-même que vous chérissez tant. Si vous êtes mûr, vous aimerez quelqu’un de mûr. Si vous êtes infantile, vous serez attirés par des êtres puérils qui psychologiquement s’accrochent à l’ours en peluche ou au père fouettard.

Vous l’avez sans doute remarqué : les gens changent de partenaire, mais ils constatent bientôt qu’ils ont choisi quelqu’un du même type que le précédent. La même misère recommence, à quelques variantes près. Le mécanisme est simple, « Qui choisit un nouveau partenaire? » Vous. Mais vous n’avez pas changé, par conséquent vous recherchez le même genre de compagnon ou de compagne- quelqu’un d’immature. Le nœud du problème, en amour, ne réside pas chez l’autre, mais en vous-même.

Nul ne devrait songer à l’amour avant d’avoir grandi, mûri. A ce moment-là, vous n’aurez plus le moindre intérêt pour les êtres embryonnaires et quémandeurs. Est-ce que l’homme de 25 ans tombe amoureux d’un bébé de 2 ans? La maturité psychologique, spirituelle, vous prémunit définitivement contre ce genre de bévue. Vous voyez très clairement que l’amour est exclu avec une personne psychologiquement non mature. En terme plus précis, l’être mature ne tombe pas amoureux, il monte en amour. Les personnes infantiles tombent dès qu’elles trouvent chaussure à leur pied, elles n’attendent pas et n’espère que cela: tomber et ramper. Elles n’ont pas d’épine dorsale, seule elles ne peuvent tenir debout. L’être mature, intégré, vit parfaitement seul. Lorsqu’il aime, il donne sans la moindre idée de lien. Il est plein de gratitude et de joie en voyant son amour accepté- et non l’inverse. Il n’attend aucun remerciement, au contraire, c’est lui qui vous remercie d’apprécier son amour.

Un des plus beaux événements au monde, qui est aussi un des plus grand paradoxe, survient lorsque deux êtres mûrs s’aiment : ensemble, ils restent totalement seuls. Ils entrent tellement l’un dans l’autre qu’ils sont comme seuls. Et cette union, cette fusion, ne détruit pas leurs individualités respectives, elle les magnifie, les exalte. De tels amoureux deviennent encore davantage des individus, des êtres profondément intégrés en eux-mêmes. Ils s’entraident pour devenir de plus en plus libres par rapport aux conditionnements et aux identifications.

Comment peut-on exploiter une personne que l’on aime? La domination exprime la colère, la haine, l’agressivité. Si vous aimez vraiment quelqu’un, vous souhaitez le voir libre, indépendant, solide. Deux personnes qui s’aiment au plein sens du terme connaissent une telle fusion qu’elles ne sont plus qu’un seul être, et simultanément leur individualité s’enrichit, leur vie s’embellit. Dans les couples infantiles, chacun s’empresse de saboter la liberté de l’autre, de mettre tout en place pour faire du foyer une prison. La vie se rétrécit, s’appauvrit, s’enlise. La joie, la beauté, la santé psychique déclinent et se détériorent.

Retenez bien ceci la liberté est une valeur supérieure à l’amour. Sans liberté, il est radicalement impossible d’être heureux. C’est pour cela qu’au fond de vous-même, la haine surgit à l’égard de toute chose, de toute personne, de toute circonstance qui entrave votre liberté. Oseriez-vous nier que vous détestez l’homme ou la femme que vous prétendez aimer. Dès lors que vous êtes incapable de rester seul et que vous ne pouvez vous passer d’un partenaire, vous êtes contraint de tenir compte de ses exigences et de les tolérer. En surface vous supportez cette violation, en profondeur, vous haïssez.

Le seul amour digne de ce nom est l’amour-être, l’amour-don. L’amour-être n’est pas un sentiment, c’est un état : vous êtes amour. Lorsque vous avez regagné votre état originel, votre être véritable, lorsque vous avez découvert qui vous êtes réellement, l’amour vous envahit. Vous changez de fond en comble, l’amour émane de vous comme un rayonnement, comme un débordement. Si un tel amour n’existe pas en vous, qu’espérez-vous pouvoir donner aux autres?

 

rose inconnue

 

l’amour par Osho Rajneesh- sources internet