Méditation thérapeutique

« A la fin de chaque séance de thérapie et sur votre demande, je vous propose 5 minutes de méditation thérapeutique. »

 

 A partir de septembre 2018, en partenariat avec

Anaïs Laffont, Professeur de Yoga et Yogathérapeute,

Nous vous proposons un atelier de méditation thérapeutique à Millau,

tous les mercredis soir de 18h à 18h45, plus d’infos sur :

Ecole Aveyronnaise de Yoga – Anaïs Laffont

 

flyers anais meditation.jpg
« La méditation thérapeutique est une pratique qui alie le corps,l’esprit et la respiration. En prenant le temps de s’assoir en conscience, nous pouvons porter un regard profond sur ce qui se passe en nous et autour de nous. 
Etre présent à nous même, en laissant aller les tensions et les soucis et accueillir ce qui s’offre à nous dans l’instant présent » Anaîs Laffont, Yogathérapeute

S’arrêter

être présent à soi  

inspirer/expirer; le pneuma (le souffle, l’énergie qui circule, la force vitale) 

Etre pleinement conscient, une qualité humaine fondamentale ne nécessitant aucune croyance particulière.

Être pleinement conscient de l’instant et de ses sensations, pensées et émotions : cette attitude prônée par les sagesses orientales suscite l’intérêt des neuroscientifiques et psychologues, car elle favorise un état mental qui prémunit contre le stress et la dépression.

La méditation est pratiquée par les humains depuis des millénaires dans la recherche de sérénité et de paix. Depuis environ 25 ans, la pratique méditative a été progressivement introduite dans les soins médicaux et psychologiques. Elle a été intégrée dans des programmes de réduction du stress, puis, depuis une quinzaine d’années, également dans les thérapies de prévention de la rechute de la dépression.  Actuellement ces programmes sont pratiqués  dans des centaines de centres hospitaliers au niveau mondial. Plusieurs études scientifiques ont  montré l’efficacité de ces programmes et de nombreuses recherches sont en cours dans ce domaine. La méditation thérapeutique est devenue un outil contemporain de gestion des émotions.

Il s’agit de cultiver une présence de chaque instant sans jugement et avec bienveillance. Si la pleine conscience est une qualité innée de l’esprit, elle doit être affûtée et se cultive intentionnellement par les pratiques de la méditation. Cette Présence à soi, est d’abord une expérience du corps,  pour nous relier à notre dimension intérieure tout en étant pleinement présent à ce qui se passe en nous et autour de nous.  La présence est une attention sans jugement. Il s’agit de vivre ce qui est, plutôt que de penser ce qui est.

Cette méditation laïque est un moyen de développer nos facultés de pleine conscience, c’est-à-dire de porter notre attention vers l’expérience de l’instant présent, sans jugement. Pendant la pratique méditative nous prenons ancrage dans la respiration et nous amenons notre conscience vers nos sensations physiques, ainsi que vers nos émotions et nos pensées.Une séance de méditation peut être courte ou longue, peut se pratiquer assis, couché ou en mouvements. La méditation thérapeutique est avant tout :

  • un programme de prévention de la rechute dépressive et du burn-out
  • un programme de gestion de l’anxiété

Les neuroscientifiques s’intéressent de près à cette forme de méditation, qui semble avoir un impact sur le fonctionnement du cerveau.

* pour faire face a ses peurs et s’en libérer
* Apprivoiser son stress et ses émotions
* accepter sa fragilité et en faire une force
* inspirer/expirer, le pneuma (le souffle, l’énergie qui circule, la force vitale)

Il s’agit de l’apprentissage progressif, d’un art de vivre, qui donne des résultats concrets dans notre vie de tous les jours. Cette pratique a des effets équilibrants et thérapeutiques.

Cet atelier s’inscrit dans un moment privilégié où l’on prend tout le temps nécessaire pour apprendre, répéter, s’entraîner sur le chemin de cette ouverture. Cet atelier  est ouvert a tous ceux qui veulent découvrir la méditation thérapeutique. Chaque personne est accueillie dans sa différence, quelles que soient ses capacités ou son niveau de connaissance. Il n’est pas nécessaire de pratiquer la position du lotus, chacun trouvera sa position en fonction de ses capacités et sa souplesse.

   *    *    *

 

Quelques idées reçues sur la méditation

On pense souvent que la méditation est une réflexion approfondie et intelligente sur un sujet métaphysique comme la vie, la mort ou le cosmos.

En réalité, dans la méditation de pleine conscience, l’attention n’est pas portée sur la réflexion intellectuelle ou l’élaboration conceptuelle, mais sur le ressenti non verbal, corporel et sensoriel. 

On pense souvent que la méditation consiste à faire le vide dans sa tête.

En réalité, dans la méditation de pleine conscience, les instants sans mentalisation sont assez rares, et l’essentiel du travail consiste non à faire taire le bavardage de l’esprit, mais à ne pas se laisser entraîner par lui, en l’observant au lieu de s’y identifier. L’objectif est de se rapprocher d’une « conscience sans objet », où l’esprit n’est engagé dans aucune activité mentale volontaire, mais tente de rester en position d’observateur. Ce n’est donc pas une absence de pensées, mais une absence d’engagement dans les pensées.

On pense souvent que la méditation est une démarche religieuse ou spirituelle.

En réalité, dans la méditation de pleine conscience, on cherche avant tout à développer et à tester au quotidien un outil de régulation attentionnelle et émotionnelle, au-delà de toute forme de croyance. 

On pense souvent que la méditation est un peu comme la relaxation ou la sophrologie.

En réalité, dans la méditation de pleine conscience, on ne cherche pas à atteindre un état de détente ou de calme particulier (certaines séances peuvent au contraire être difficiles ou douloureuses), mais juste à intensifier sa conscience et son recul envers ses expériences intimes. Par exemple, plutôt que de chercher à ne pas être en colère ou triste, on tend à observer la nature de ces émotions, leur impact sur le corps, les comportements qu’elles déclenchent. Donner ainsi un « espace mental » à ses émotions négatives permet d’en reprendre le contrôle, en leur permettant d’exister et de s’exprimer sans être amplifiées par la répression (ne pas les autoriser) ou la fusion (ne pas s’en distancier).

 

A voir : Le documentaire de Benoît Laborde (France, 2017, 51mn) ARTE 

La méditation est devenue un nouveau champ de recherche pour les scientifiques. Un documentaire éclairant sur ses bienfaits pour notre santé. Il présente également un panorama des nouvelles applications médicales que la pratique de la méditation pourrait ouvrir dans un avenir proche. Psychiatres, neurologues et biologistes moléculaires s’intéressent de plus en plus aux effets bénéfiques de la méditation sur le fonctionnement de notre cerveau et de notre organisme. Leurs découvertes récentes ont permis de faire entrer des techniques de méditation dans les hôpitaux, aux États-Unis et en Europe, où elles sont utilisées, en accompagnement thérapeutique, pour réduire, notamment, les douleurs chroniques et le stress lié à de nombreuses pathologies. Des liens complexes Véritable gymnastique cérébrale, la méditation réduirait les effets toxiques engendrés par les hormones du stress et aurait ainsi une action bénéfique sur les inflammations chroniques, les défenses immunitaires ou la dégradation de nos cellules. Sa pratique aurait également le pouvoir de modifier l’anatomie du cerveau, qui reste plastique tout au long de la vie, et contribuerait à freiner le vieillissement cérébral. Suivant plusieurs expériences en cours, ce passionnant documentaire décrypte les liens physiologiques complexes entre le « cerveau méditant » et l’organisme. Il présente également un panorama des nouvelles applications médicales que la pratique de la méditation pourrait ouvrir dans un avenir proche.